Guinée/environnement: Un enfant, un arbre pour rendre à la Guinée sa vocation de «pays vert »

A l’occasion de la campagne nationale de reboisement 2021, lancée depuis le 05 juillet 2021 dans la préfecture de Koundara, sous le slogan : ‘’Reboiser ! Un acte citoyen pour préserver notre environnement’’, autorités gouvernementales, préfectorales en collaboration avec les opérateurs de la filière bois et les ONG évoluant dans le domaine de la protection de l’environnement, ont procédé depuis 02 mois, à la mise en terre de plants de Gnelina, de teck, de cèdre et autres, au niveau des forêts classées, des têtes de source et des berges des cours d’eau du pays.

En prélude à la tenue de la 26ème Conférence des Parties (COP 26) à Glasgow en Royaume Uni pays hôte, David Mcilroy, l’ambassadeur du Royaume Uni en Guinée, a procédé, le 18 septembre 2021, à la mise en terre du tout premier colatier du projet ‘’Un enfant, un arbre’’ à Dominya et sur le site de Kissing (Boffa) dans la Région Administrative de Boké, en compagnie des enfants.

Pour lui, planter de l’arbre c’est offrir de l’énergie à la terre. Il dira que : « le projet ‘’Un enfant, un arbre’’ est un bon message pour les enfants, car il est important pour eux de comprendre de leurs bas âges qu’un arbre contribue à la survie, alors détruire un arbre est très mal. »

La sensibilisation des enfants et des communautés locales sur la coupe abusive du bois, du réchauffement climatique et tant d’autres phénomènes de nature à affecter notre écosystème est salutaire, a précisé le diplomate anglais.

David Mcilroy a profité de cette rencontre pour faire passer le message du premier ministre britannique, Boris Johnson en marge de la COP26 que : « Pour assurer un meilleur avenir à nos enfants et aux générations futurs, les pays doivent prendre des mesures intérieures et extérieures urgentes pour renverser la progression du changement climatique. A l’approche de l’important sommet de la COP26 en royaume uni, c’est avec ambition, courage et esprit de collaboration que nous pouvons saisir ensemble ce moment, afin de pouvoir engager une reprise moins polluante, reconstruire en plus vert et rétablir la santé de notre planète. »

Il a aussi indiqué qu’à l’approche de la COP26, le royaume uni collabore avec chaque nation pour parvenir à un accord sur la façon de lutter contre le changement climatique.

« Tout le monde sait que le climat et l’environnement resteront s’en aucune doute une priorité. Mais qui conviendrait avec moi que nous devons travailler ensemble et que nous avons tous un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique. »

Selon un rapport de la banque mondiale, il est démontré que l’influence humaine est la cause des anomalies de l’atmosphère, des océans et la surface terrestre. Sans actions urgentes, les impacts climatiques pourraient pousser 100 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté d’ici à 2030.

Vu que les moyens de subsistance de 70% des personnes vivantes dans la pauvreté dépendent directement de l’environnement, de sa biodiversité et de ses ressources naturelles.

Il a aussi insisté sur le fait que le projet ‘’Un enfant, un arbre’’ est une contribution pour la population de Boffa. Il invite également cette population à accompagner cette initiative pour restaurer les espaces naturels.

La représentation diplomatique compte à l’avenir, reboiser 30.000 hectares sur le territoire guinéen d’ici 2025, a fait savoir l’ambassadeur David Mcilroy.

Cette campagne nationale de reboisement prévoit le reverdissement de plus de 2.000 hectares avec 3 millions d’arbres à travers le pays. Elle implique également des séances d’information et de sensibilisation des acteurs du développement, des responsables politiques et administratifs, ainsi que les citoyens. Pour la zone spéciale de Conakry, 4.000 plants seront mis en terre sur 2 hectares, a-t-on indiqué.

Pour rendre à la Guinée sa vocation de «pays vert », il est aussi primordial d’accompagner les efforts du ministère de l’Environnement pour protéger le long du littoral côtière, les têtes de sources des fleuves qui abritent les barrages hydroélectriques (Kaleta et Souapiti) et les berges des fleuves du pays dans le cadre de la valorisation du projet de mise en œuvre des protocoles forestiers.

A rappeler que la République de Guinée a pris l’engagement au niveau international pour couvrir 25% de son territoire dans le cadre de l’atténuation des effets du changement climatique.